L'agroenvironnement peut-il réussir dans un monde de pesticides? – Il a utilisé le blog de l'écologiste

Le directeur général, Marc Cadotte, donne un aperçu de l’importante recherche de Humann-Guilleminot et al. Leur dernier article, Une étude nationale sur les insecticides néonicotinoïdes dans les terres agricoles ayant des conséquences pour l'environnement, est notre choix de juillet.

En réponse aux préoccupations générales quant à l'impact des activités agricoles sur la biodiversité indigène et la santé des écosystèmes, les juridictions européennes ont mis en place des régimes environnementaux environnementaux qui régulent et réduisent les activités agricoles afin de garantir que la conservation de la biodiversité soit compatible de manière durable avec la production alimentaire. Il s'agit notamment de subventionner l'agriculture biologique et d'exiger des terres mises de côté pour fournir des services écologiques (bandes tampons, étangs, etc.). En dépit de ces régimes, les pratiques agricoles peuvent avoir un impact environnemental plus important, pouvant avoir des conséquences négatives sur les terres mises de côté ou converties en agriculture biologique (Josefsson 2015; Zimmermann & Stout 2016). Cela est particulièrement vrai avec l'utilisation de pesticides, d'herbicides et d'engrais chimiques pouvant être transportés par le vent et l'eau, pouvant nuire à la biodiversité et réduire les effets des atterrissages à l'exception de telles pratiques (Rohr & McCoy 2010; Rohr et al. 2013).