Protéger le sumatranreno – Le blog de l'écologiste appliqué

Avec environ 100 individus à l'état sauvage, les rhinocéros de Sumatra (Dicerorhinus sumatrensis) est l’une des quatre espèces charismatiques de mégafaune à Sumatra utilisées comme espèces phares et parapluie pour la conservation. Notre photographe de couverture pour le numéro 56: 5 raconte à Marsya Sibarani son interaction avec cette espèce en voie de disparition.

En 2015, j'ai eu la chance de visiter le sanctuaire de rhinocéros de Sumatra (SRS) dans le parc national Way Kambas, à Sumatra. J'ai suivi une équipe de consultants qui ont mené une étude de faisabilité pour la création d'une zone de protection intensive (ZIZ) pour la conservation des rhinocéros, où une politique de zéro-braconnage serait mise en œuvre. Dans le cadre de la visite, nous avons eu l'occasion de voir les rhinocéros de Sumatra dans le sanctuaire, y compris le rhinocéros mâle de trois ans, appelé Andatu, le premier sumatranren né d'un programme pilote mené en Indonésie. Quand nous sommes arrivés, il a juste fini de le laver et il a doucement commencé à feuilleter les plantes souterraines de son cabinet semi-sauvage. La naissance des Andatas laisse espérer la capture des incendies de sumatran pour soutenir les populations sauvages. On estime qu'il ne reste qu'environ 100 rhinocéros de Sumatra dans la nature. Pour assurer la survie du rhinocéros de Sumatra, il est important d'intégrer les travaux de conservation in situ et ex situ. Le programme de reproduction capturé dans le SRS vise à augmenter le nombre de rhinocéros piégés et à les réintroduire à terme dans leur habitat naturel. Pour protéger les rhinocéros à l'état sauvage, le gouvernement indonésien, appuyé par des ONG, a recours à des équipes de patrouilles forestières pour protéger les habitats des rhinocéros, restaurer les forêts enfouies et faire participer les communautés à la protection de ces forêts.

Lisez l'article correspondant, Mesurez le potentiel de substitution des espèces de mégafaune charismatiques sur la diversité taxonomique, phylogénétique et fonctionnelle sur une île mégadiverse dans l'édition 56: 5 de Journal de l'écologie appliquée.